[Vis ma vie] Principes de survie lors de vacances chez ses grands-parents

Il est venu le temps des cathédrales de mon pèlerinage annuel sur la terre de mes ancêtres. A.k.a. la Pologne.

On a beau avoir trente ans [ou plus, ou moins], pour nos grands-parents nous resterons toujours le gosse qui a écrasé ses crottes de nez sur le miroir du hall d’entrée [ndlr: bon, OK, c’est pas vrai, c’est mon frère – salut Martin! <3 – qui faisait ça chez mes parents alors qu’il savait pertinemment que le nettoyage des miroirs était une tâche qui m’était attribuée – pourris en enfer, ordure!]

never wrong

[Ceci est une représentation exacte de tout grand-parent ayant un jour existé]

 Je referme cette parenthèse pleine d’amour fraternel [Martin, je t’aime même si tu pues <3] pour me concentrer sur l’amour que les grands-parents portent à leurs petits enfants et vice versa inversement proportionnel [ndlr : oui, ça ne veut rien dire mais au moment où j’écris ces mots, je me localise dans un train de 1922 entre Wrocław et Leszno, il est 17:07, il fait nuit, le train s’est déjà arrêté deux fois et je crains pour ma vie – au pire, je mangerai les spéculoos & le chocolat que j’ai ramené pour mes grands-parents paternels pour retarder l’heure de ma mort].

Pour avoir passé actuellement pratiquement quatre jours en tête-à-tête avec ma grand-mère maternelle [donnez moi un Xanax/une médaille, canonisez-moi, je sais pas], je peux distiller les conseils suivants:

[Pour ceux qui n’ont pas le courage de tout lire, le principe est: « tu te tais, tu subis & tu fais comme Mamy/Papy dit »]

– Les grands-parents ont toujours raison. Mais oui, Donald Trump est un homme charmant qui a sans doute des raisons parfaitement valables & fondées d’être raciste, sexiste et de provoquer la Corée du nord. Puis la théorie du complot dit qu’il y a une bombe atomique sous le palais (?) à Varsovie. Et sans doute que le dragon du Wawel va sortir & botter le cul de Donald Tusk [ndlr: ne pas confondre avec Donald Trump – mère-grand aime Trump mais pas Tusk]. Mange tes patates.

Solution: éviter les sujets qui fâchent [politique, religion, orientation sexuelle, critiques des gens qui ne sont pas là etc.] par divers moyens [fuite, esquive, changement de sujet e.a.].

 – Les grands-parents ont un triple doctorat en médecine. Si je porte des socquettes en hiver, je vais attraper un rhume des ovaires [ça rime] parce que les pieds sont liés aux organes reproducteurs. Logique. Morale de l’histoire : j’ai un rhume, j’ai bu des infusions de tilleul avec du miel de tilleul [parce que c’est bon pour la gorge/le rhume/la peste/le choléra]. En gros, ma grand-mère peut soigner le cancer avec de la vitamine C. Et un tilleul. [ndlr: on s’en fout qu’il soit bio ou pas, le tilleul, du moment qu’il est polonais]

Solution : porter deux pulls, une écharpe, un manteau, des gants, un bonnet [oui, te ressembles à toi… quand tu avais trois ans avec tes moufles et ton bonnet qui cache tes yeux], manger du beurre, du pain & de la charcuterie « parce que ça rend fort » et que les végétariens, c’est des tapettes. [ndlr: en rentrant, je bois des hectolitres de soupe, d’infusion gingembre & citron frais et je mange un kilo de pommes]

– Les grands-parents savent mieux que toi ce qui est bon pour toi. Tu aurais du être avocate, quel gâchis – oui Mamy. Tu es maigre – oui Mamy, nourris moi. Tu vas avoir froid – oui Mamy, je vais mettre ce bonnet qui rend mes cheveux électriques & qui me fait ressembler à un schtroumpf.

Solution afin de maintenir un semblant d’équilibre mental: laisser couler [la bave du vieux crapaud n’atteint pas la jeune colombe], se dire qu’on ne supporte ses grands-parents que quelques jours par an [et que bientôt, ils seront morts de toute façon], retenir les conseils pertinents/utiles et éviter les prises de tête non nécessaires [principe du « take the best, f*ck the rest » ].

Les plus téméraires d’entre vous et/ou ceux qui aimeraient hériter plus vite, ne sait-on jamais que votre ancêtre fasse une crise cardiaque, penseront à le « challenger ». [ndlr: assurez-vous – auprès de votre oncle vindicatif/d’un notaire/du banquier de vos grands-parents – qu’ils ont de la thune et que vous allez obtenir quelque chose sinon vous n’optimisez pas trop le truc]

C’est bien si l’ancêtre écoute quand même un peu [a.k.a. « rêve toujours »] ou s’il est cardiaque [cf. supra, héritage plus rapide]. Par contre s’il est, comme mes grands parents, increvable [le diable prend les pires en dernier], vous risquez d’avoir des problèmes donc évitez.

Morale de l’histoire : il n’y a que deux paroles qui valent dans ce monde – celle de Babcia [ndlr: « Mamy » en polonais] et celle du Pape [Jean-Paul II de préférence, il est mort mais polonais].

Ndlr n° 356: j’aime vraiment mes grands-parents. Je le jure devant la photo plastifiée de Jean-Paul II affichée dans le salon de ma grand-mère. C’est juste que j’ai une tolérance limitée aux humains en général. Cette tolérance baisse néanmoins selon leur statut [personne âgée, bébé, famille etc.].

 

Publicités
Publié dans: Life

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s