[Vis ma vie] Principes de survie lors de vacances chez ses grands-parents

Il est venu le temps des cathédrales de mon pèlerinage annuel sur la terre de mes ancêtres. A.k.a. la Pologne.

On a beau avoir trente ans [ou plus, ou moins], pour nos grands-parents nous resterons toujours le gosse qui a écrasé ses crottes de nez sur le miroir du hall d’entrée [ndlr: bon, OK, c’est pas vrai, c’est mon frère – salut Martin! <3 – qui faisait ça chez mes parents alors qu’il savait pertinemment que le nettoyage des miroirs était une tâche qui m’était attribuée – pourris en enfer, ordure!]

never wrong

[Ceci est une représentation exacte de tout grand-parent ayant un jour existé]

 Je referme cette parenthèse pleine d’amour fraternel [Martin, je t’aime même si tu pues <3] pour me concentrer sur l’amour que les grands-parents portent à leurs petits enfants et vice versa inversement proportionnel [ndlr : oui, ça ne veut rien dire mais au moment où j’écris ces mots, je me localise dans un train de 1922 entre Wrocław et Leszno, il est 17:07, il fait nuit, le train s’est déjà arrêté deux fois et je crains pour ma vie – au pire, je mangerai les spéculoos & le chocolat que j’ai ramené pour mes grands-parents paternels pour retarder l’heure de ma mort].

Pour avoir passé actuellement pratiquement quatre jours en tête-à-tête avec ma grand-mère maternelle [donnez moi un Xanax/une médaille, canonisez-moi, je sais pas], je peux distiller les conseils suivants:

Lire la suite

Publicités