[Vis ma vie] Ma vie c’est de la merde et autres réflexions philosophiques

Topo: j’ai changé de job pour ce que j’ai espéré être un mieux mais qui n’est pas mieux du tout (même pire selon mes standards), je suis balade, il fait sombre, froid & moche, ma peau fait des siennes.

Bref, j’ai passé ma précédente journée au boulot à me retenir de pleurer en vérifiant des noms dans un tableau Excel, toute seule dans mon service, coincée entre une armoire et une cloison, avec un bâtiment en train d’être détruit à 50m du mien d’un côté et des collègues qui crient au téléphone de l’autre. Journée de merde, vie de merde, mais qu’est-ce que je fais, je ne suis nulle part dans ma vie etc.

0a1df1cbc34cb33c017a8543f1c3bf3b

Vu que je suis quelqu’un de drôle, de « foufou » et généralement de bonne humeur, les gens estiment que je vais toujours bien. FAUX.

Parfois, ça ne va pas. Ça ne va pas du tout. Ça ne va vraiment pas. Et vous savez quoi? Ça peut aller mieux.

Voici donc mes petites astuces, mes conseils et ce que je fais pour remonter la pente. Ça vaut ce que ça vaut mais si ça peut aider et/ou faire sourire quelqu’un, tant mieux

– Ma partie raisonnable, adulte et rationnelle essaie de relativiser et de rationaliser. Posez vous un instant et prenez du recul. Est-ce que toutes vos journées sont nazes? Non. Est-ce que vous avez des amis/une famille/une douce moitié pour vous soutenir? Peut être que oui. Est-ce que vous êtes en train de crever sous un pont? Sans doute que non.

Count your blessings. J’avais lu ça quelque part et je me suis dit: « bullshit ». Puis un jour où ça n’allait pas, j’ai noté dans un petit carnet que je garde toujours dans mon sac tous les trucs bien qui me sont arrivés. A la fin de ma journée pourrie, j’ai relu ma page et j’ai vu que le gars mignon de mon étage m’a tenu la porte et m’a souri, que je me suis pris un fou rire avec ma collègue, que mon sandwich était super bon, que mon trait d’eye liner était parfaitement exécuté, qu’une copine m’a envoyé une photo rigolote de son chien. Et l’air de rien, ça fait un bien fou de se dire que sa journée n’a pas été que catastrophique.

Arrêtez de vous comparer aux autres. Il m’est déjà arrivé de m’asseoir dans mon canapé et de fondre en larmes en me disant que mes copines avaient des boulots géniaux, des mecs, des bébés, des apparts dont elles étaient propriétaires et que moi, je suis célibataire sans enfant, pas propriétaire et que je ne suis nulle part dans ma carrière ni dans ma vie. Est-ce que j’aimerais être avocate et bosser quatorze heures par jour? Non. Est-ce que j’aimerais vivre dans l’appart d’une de mes copines ou sortir avec un de leurs mecs? Non plus, aucun ne me convient. Est-ce que j’aime l’appart que je loue? Oui. Est-ce que j’aime bien avoir fini le boulot à 16h? Oui. Est-ce que je veux un bébé, là, maintenant, tout de suite? Non. Ce qui convient à quelqu’un ne convient pas forcément à quelqu’un d’autre. Trouvez ce qui vous convient même si ce n’est pas ce qui est « communément admis ».

Ne vous dites jamais quelque chose que vous ne diriez pas à un(e) ami(e). J’avais vu ça dans cette vidéo pour Dove [ici]. Est-ce que je dirais à me meilleure amie que ce n’est qu’une grosse vache qui ne fait que de la merde et qui n’arrivera rien dans la vie? Non. Alors même si parfois j’ai envie de me dire « mais putain t’es trop conne ma pauvre fille » ou « t’as vu comment t’es, c’est normal que personne ne t’aime », je ne me le dis pas. Parce que c’est pas vrai.

– Soyez clément avec vous même. Cf. point précédent: même s’il faut rester réaliste, il faut ne pas être trop dur avec soi-même. Vous avez fait une boulette? Oui, ça arrive. Vous avez planté votre présentation devant tous vos chefs? Vous ferez mieux la prochaine fois. Vous avez cramé votre quatre quarts ET cassé une assiette ET oublié d’aller chercher votre veste au pressing ET raté votre train le même jour? Bah oui, parfois on accumule mais ce n’est pas grave. Je ne suis pas parfaite, vous n’êtes pas parfaits mais ça ne nous empêche pas d’être des gens formidables [j’avais juste envie de me jeter des fleurs]. [ndlr: si vous lisez mon blog, vous êtes formidables]

– N’hésitez pas à demander de l’aide. Si vous êtes comme moi, ça vous fait vraiment mal à l’ego [j’ai un gros ego, je suis une femme forte, indépendante, j’ai besoin de personne, je suis une grande fille, etc.]. Mais parfois j’ai besoin d’aide, j’ai besoin d’en parler, j’ai besoin d’avoir une copine à côté de moi ou d’en appeler une et de sangloter en racontant ce qui va mal.

Et si mes copines ne savent pas m’aider, je vais voir ma psy parce qu’il n’y a aucun mal à demander de l’aide à un professionnel. Vous avez mal aux dents, vous allez chez le dentiste. Vous avez la grippe, vous allez chez votre généraliste. Alors si vous vous sentez mal à l’intérieur, pourquoi ne pas aller chez un psy? Non, ce n’est pas que pour les fous et les déséquilibrés. Si vous ressentez le besoin d’aller voir un psy, allez y. Demander de l’aide est une force, pas une faiblesse. Ça montre que vous avez la volonté d’avancer et de vous en sortir.

Parfois ça ne marche pas… Et c’est pas grave ! Cf. supra: on se plante tous. On peut être perfectionnistes et balaises, forts, intelligents, beaux etc. etc. mais on se plante un peu ou beaucoup à un moment ou un autre. C’est mal? Non. Pourquoi? Parce que: 1° on peut apprendre de ses erreurs, 2° on apprend à se relever. Vous croyez que Beyoncé ne s’est jamais plantée, elle? Je suis sure qu’elle s’est bien viandé pas mal de fois. [Voici un bel article sur l’échec chez Eleonore Bridge]

Laissez vous être mal de temps en temps. C’est un des grands enseignements de ma psy. La première fois que j’ai été la voir, j’ai passé environ quarante des cinquante minutes de séance à pleurer et à avoir du mal à former une phrase sujet-verbe-complément.

Le truc, c’est que je ne me laisse pas aller mal parce que si je vais mal, je vais faire quelque chose pour solutionner le problème ou pour m’en détourner [« j’ai autre chose à faire de mon temps et de mon énergie que de me mettre à pleurer maintenant »]. Par conséquent, je vais accumuler et un jour, il y aura un élément déclencheur [une pub Whiskas avec des chatons, une photo de bébé, une journée de m* au boulot, mon pâtissier préféré qui a vendu le dernier cookie au beurre de cacahuètes] qui va tout faire remonter à la surface.

Ensuite, je vais m’asseoir par terre chez moi et pleurer toutes les larmes de mon corps et déprimer pendant deux à trois jours. Au lieu de faire ça, j’aurais pu ronchonner et pleurer dix minutes il y a trois mois. Est-ce que je l’ai fait? Non. Alors maintenant quand j’ai envie de pleurer et que je vais mal, je mets mon pyjama, mes grosses chaussettes, je me fais une tisane et je pleure. Ça évacue les tensions, je me sens mieux après et je ne vais pas remettre l’entièreté de mon existence en question pendant les prochaines 48h.

Voilà, j’espère que vous vous sentirez un peu moins seuls quand vous aurez une journée pourrie et que mon article aura pu vous aider d’une quelconque manière. :) Et vous, vous faites quoi quand ça ne va pas?

4 réflexions sur “[Vis ma vie] Ma vie c’est de la merde et autres réflexions philosophiques

  1. Jennifer dit :

    Très touchant et très vrai. Tu es formidable (cfr ton texte) n’en doute jamais, chaque personne est unique. Pas besoin de se comparer même si parfois on ne peut pas s’en empêcher. Moi quand ça ne va pas, je chiale et je dooooors énormément, puis je vois des copines pour rire et manger des trucs crapuleux et ensuite je planche sur des projets ou des trucs qui ne peuvent que me faire avancer. Si ce job est trop pourri, regarde déjà devant toi et cherche en un autre. J’aime beaucoup te lire, tu me fais rire avec ta plume hyper sincère et drôle, peut-être une piste à creuser?

  2. donotracuspote dit :

    Coucou Miss Polka ! Je comprends pourquoi tu écris ce billet, c’est toujours un exercice cathartique (j’adore utiliser ce mot pour avoir l’air intelligente, mais passé ce mot… je redeviens… bref… très normale). J’ai lu récemment, tu sais sur ces mantras de pacotille qui tournent sur FB et que j’exècre autant que je les lis avec avidité : « Pour être une fleur, il faut se planter pour pousser » ! Bon… je t’avais prévenue.Tu as raison sur toute la ligne : prendre un petit pas de recul pour observer le monde qui nous entoure, et ainsi relativiser : mais surtout s’écouter. Si tu n’aimes pas ce que tu vis, mais que ce poste t’apporte du confort (celui de sortir tôt par exemple) : fais du reste de la journée un jardin où tu t’éclates…. et où tu nous fais rire… où tu ne te laves pas forcément ! (hé hé dédicace aux journées sans boss)… C’est cette partie de la journée sur laquelle tu dois te concentrer. Mais si ton taf t’étouffe (à dire 10 fois à toute vitesse) : change. Coup de pied au cul et démission. Et si envie et pas le courage : coaching. J’ai suivi ce matin un webinar d’un coach qui permet de faire en 7 semaines un auto-coaching pour trouver sa voie te mettre en place un projet de vie. Ca m’a permis de comprendre que faire le chemin seule, c’est lourd… En plus le mec prend pas cher… ;D Bref, c’est pas pour faire la promo de son coaching, hein, mais plutôt pour rejoindre ton point : demander de l’aide. Allez fuerza ! Bises (ps : pas relu, les enfants ont la dalle, et je suis à 2 doigts de me faire bouffer crue)

  3. Alex dit :

    Je plussoie le carnet de gratitude ou tout autre type de journal. Écrire un peu tous les jours (avec un crayon sur du vrai papier) c’est super bon pour le moral.

    Par contre tu as oublié de parler du yoga :)

  4. Estelle V. dit :

    J’ai beaucoup aimé ton article :)
    Parfois c’est bien de se poser et de relativiser. Je crois aussi que parler avec quelqu’un aide grandement (demander de l’aide) et on commence à se poser les bonnes questions, et pas simplement se lamenter sur soi-même.
    Mais sérieux, si ton job est pire que ce à quoi tu t’attendais, n’attends pas et pars. La vie est trop courte pour se faire chier dans un endroit où on n’a pas envie d’être.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s