[Vis ma vie] Bref, j’habite à Maelbeek

Bref, c’était le mardi 22 mars 2016. Pour une raison inconnue, j’étais particulièrement à l’heure [comprenez « tôt »] au bureau soit 07:59 tapantes.

Je m’installe, j’allume mon PC, je dis bonjour à mes collègues [pas forcément dans cet ordre mais vous voyez l’idée].

Rue de la loi maelbeek attentats

« P*tain, y a eu des explosions à l’aéroport de Zaventem » ! Quoi?! On se rue tous sur nos ordinateurs et nos smartphones. C’est vrai. Aïe. Les amis qui sont dans les alentours de l’aéroport rassurent les gens sur Facebook. Ça craint mais ça reste « loin » de nos maisons et de notre boulot.

« Milena, tu habites à Maelbeek toi? – Oui à 200m du métro, pourquoi ? – Il y a eu une explosion à Maelbeek ». Avec la naïveté du bisounours, je me dis :  » bah non, c’est à Zaventem, tu dois confondre « .

D’autres collègues me le confirment, il y a bien eu une explosion à Maelbeek. La première chose qui me vient à l’esprit ?  » Oh purée, j’espère que ce n’est pas dans mon bâtiment « .  » C’est dans métro « . Oh merde, les gens. Merde, mes potes?!

Je commence donc à recevoir moult mails, SMS, messages Whatsapp de ma famille et mes amis. Les gens qui essaient de m’appeler… n’y arrivent pas parce que les réseaux sont saturés.

Ma famille habitant en dehors de Bruxelles [« en province » comme diraient nos amis français], la capitale, c’est un peu la jungle et/ou Bagdad pour eux en temps normal. Là, vous n’imaginez pas le stress [ma mère a pris un Vallium].

Après quelques coups de fils, SMS, mails, messages en tous genres, mes amis vont bien, mes collègues vont bien, je vais bien. Tout le monde est sain et sauf.

Et nous, on fait quoi? On lit les sites d’information et on ne sait rien faire, comme des cons. Voilà.

La journée se termine, j’ai la chance de pouvoir rentrer à pied jusqu’à chez moi. J’arrive à Maelbeek, c’est bloqué. Je demande à un des (nombreux) policiers si je peux rentrer à ma maison. Il ne sait pas, c’est fermé ici. Est-ce que c’est fermé là-bas? Il ne sait pas non, plus, je dois faire le tour. Je fais le tour, je peux rentrer chez moi. Mon bâtiment a l’air OK, l’intérieur de mon appart’ est OK, tout a l’air OK. J’ai de l’eau, de l’électricité, de la nourriture. Tout est OK.

J’appelle mes parents: je suis bien rentrée, ne vous inquiétez pas, je vais bien. Tu m’étonnes, avec tout ce qu’ils voient à la TV et sur internet, ils doivent se dire que Bruxelles est une zone de guerre. D’un côté, c’est pas faux. Quand je regarde par ma fenêtre, je vois des fourgons de flics, des gens en uniforme et des rubans de la police fédérale pour bloquer les accès.

Pourtant, je me sens en sécurité chez moi. Je suis saine et sauve, je suis en vie. Malheureusement, si quelque chose doit se passer, on ne saura ni où, ni quand ça aura lieu. Il fait calme, je m’endors paisiblement sous ma grosse couette.

Bref, c’est mercredi 23 mars 2016. Je me lève, je me prépare et je pars au bureau. J’entends encore des collègues me dire hier de rester chez moi. Et quoi, je vais passer ma journée à regarder par la fenêtre si les policiers bougent? Je suis censée vivre dans la paranoïa, me rouler en boule et pleurer?

Des collègues m’écrivent aujourd’hui. « Ça va? – Ben oui, ça va, et toi, ça va? – Oui mais toi, enfin, je suppose que t’es traumatisée avec ce qui s’est passé hier à côté de chez toi. – Ben non, moi, ça va. – Ben non, c’est quand même horrible ».

Oui, mais moi, ça va. Ça sonnera sans doute « indécent » pour certains, mais je vais bien. Ma famille et mes amis n’ont rien. A priori, je ne connais personne qui ait été blessé – ou pire – dans les attentats d’hier. Aujourd’hui, je me suis pris un fou rire avec ma collègue de bureau. Je lui ai fait un câlin. Je lui ai fait un bisou. Et si vous trouvez que c’est indécent ou inapproprié alors que le pays est en deuil, tant pis pour vous. Je suis saine et sauve. Je suis vivante. Je suis heureuse que mes proches aillent bien.

Je suis sans doute naïve, je suis sans doute insouciante, je suis peut-être même un peu conne. Ce qui est arrivé hier, est-ce que ça ne me touche pas? Évidemment que ça me touche! J’ai un cœur et un cerveau ce qui, manifestement n’est pas donné à tout le monde [cf. les événements d’hier].

Tu n’es pas content parce que les gens ne partagent pas tes idées. Je peux comprendre, on a tous le droit d’avoir un avis aussi mauvais qu’il soit [si être con était un crime, hein, bon…]. Est-ce que c’est une raison pour faire du mal à des gens? Non. Être méchant, c’est pas bien. En plus, ça donne des vilaines rides

Bref, je suis fâchée, blasée, fatiguée, frustrée, impuissante. Je suis triste pour les gens qui ont été tués ou blessés hier, pour leurs proches, pour Bruxelles ma belle, pour ma station de métro qui sera fermée jusqu’à nouvel ordre, pour mon quartier qui est bouclé. Je ne suis pas contente parce qu’on devait aller faire du shopping avec une copine demain [mais il paraît que le centre commercial près de mon bureau est listé comme cible potentielle d’un attentat terroriste], boire des verres entre filles ce soir [mais il n’y aura personne car top ambiance Champomy post attentats], manger des œufs de Pâques avec mes collègues au bureau [mais ils sont presque tous à la maison en télétravail pour éviter que les gens ne prennent des risques inutiles en venant à Bruxelles].

Mais je n’ai pas envie d’être triste. Je n’ai pas envie d’être en colère. Je n’ai pas envie de dépenser mon énergie là dedans. J’ai envie d’être heureuse, j’ai envie de vivre, j’ai envie profiter de chaque instant que je passe avec les gens que j’aime.

Bref, j’habite à Maelbeek et je suis en vie.

PS: je voulais ajouter « je danse la vie, je chante la vie, je suis amour » mais comme j’ai écrit un article plutôt « sérieux » par rapport à mon ton habituel je me disais qu’une touche d’humour passerait bof au milieu de l’article. Donc je le mets en « PS » parce que j’arrivais pas à me retenir plus longtemps.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s