[Wablief?!] Bref, aujourd’hui, c’est la journée du steak

Aujourd’hui, lundi 7 juillet 2014. Je me lève tranquillement, j’ai le cheveu propre et brillant, je suis de bonne humeur, j’arrive à appliquer mon eye-liner sans devoir tenir ma paupière et j’ai l’œil de biche. Bon début de journée, en somme. Que vais-je mettre? Mmmh, ma petite robe noire achetée à -50% chez Esprit mercredi passé? VENDU!

2014-07-07 15.47.20

Sac à main: check. Blazer: check. Métro: check. Ma correspondance arrive dans six minutes, j’ai moins de dix minutes à pied jusqu’au bureau, rapide calcul mental: ça ira plus vite à pied.

Je mets mes écouteurs, je lance « Butterfly » de Jason Mraz [c’est joyeux, c’est sexy, ça me donne du punch]. Il est 07:55 du mat’ et je longe un parc. Je suis à 200m du bureau. Et on me met la main au cul.

Pardon, je précise: un mec a glissé sa main sous ma robe, pour me tâter la fesse. Ce n’est pas une petite caresse subtile de la fesse à travers ma robe ou une petite tape discrétos. Le mec a du relever ma robe pour arriver à me toucher la fesse, en dessous. Alors que je longe un parc, dans une rue, en plein jour, avec des voitures qui passent à côté et mon boulot deux cent mètres plus loin.

Complètement déphasée, je le regarde. « Euh, ça va?! O_o ». Le mec me sourit, me fait un clin d’œil et repart dans l’autre direction. En fait, le gars m’a suivi sur cinquante mètres pour me mettre la main au cul, vu que je ne l’ai pas croisé en sens inverse.

J’arrive au boulot. Choquée. Je ne comprends juste pas: 1° pourquoi le mec à fait ça?, 2° pourquoi moi?

J’ai mis une robe, ça doit être ça. En fait, comme je mesure 1m83, les robes « au dessus du genou » m’arrivent toujours mi-cuisse. Ou alors, je souriais et j’avais l’air sexy parce que j’écoutais une chouette chanson? Ou peut-être en fait que ce n’est pas ma faute. Que ce mec est juste un gros pervers.

J’en parle à des collègues. Réactions:

– « T’as l’air toute émoustillée plus que choquée ». Bah oui, j’adore me faire toucher le cul par des inconnus dans la rue. En fait.

– « Putain, y a quand même des gros malades! Les femmes ne peuvent même pas porter de jupes en ville! ». Une fois, dans le métro, en hiver, je portais un jeans et un manteau long. Le mec a passé sa main sous mon manteau pour m’agripper la fesse. Un vendredi soir. Donc non, en monde « ours polaire et tête de fion », les femmes se font aussi tripoter par des inconnus.

– « Purée, je crois que j’oserais plus mettre de robe si ça m’arrivait ». Cf. réflexion précédente + je compte remettre des robes parce que j’aime ça.

– « Je crois que je me promènerais avec un spray au poivre et/ou un couteau ». Si je fais ça, je vais devenir parano.

– « En fait, je crois que je me sentirais comme un morceau de viande ». Ouais, je suis un beau morceau de steak.

– « Tu devrais ptête pas passer dans ce coin là, désormais ». Bah oui, et je vais arrêter d’aller au boulot, aussi, tiens.

– « Je ne veux pas sembler raciste, mais il avait l’air de quoi? ». Il n’était pas maghrébin, si c’est que tu veux dire.

– « Tu lui en as retourné une au moins? Ou un bon coup de genou dans les couilles? ». Non, j’étais sous le choc. Je m’attendais pas à ce qu’on me mette la main sous la robe alors que j’allais au bureau en me levant ce matin.

– « Tu le prends plutôt bien, je crois que j’aurais pleuré. Tu t’es quand même fait agresser ». Je me suis pas fait agresser. Si? Si.

L’agression sexuelle [clic] est un geste à caractère sexuel, avec ou sans contact physique, commis par un individu sans le consentement de la personne visée. Donc, mec, si: 1° je ne te connais pas, 2° tu n’es pas mon mec, 3° je ne t’ai aucunement autorisé à me toucher la fesse, non, je ne consens pas. Connard.

Ma mère: « mais il sait où tu travailles? Mais ça tombe il va t’attendre le soir et il va te tuer et te violer ». Merci Maman, ça me fait me sentir tout de suite mieux. « Mais porte plainte à la police!!! – Mais je ne sais plus à quoi il ressemble! – Mais t’as quand même des yeux, m’enfin! – Mais j’étais sous le choc, je ne l’ai vu qu’une fraction de seconde ».

Ma collègue: « ouais, mais dis toi que ça tombe, le mec, il se plante à côté du parc et il touche vingt gonzesses le matin, comme ça. Je ne sais pas comment je réagirais si ça m’arrivait, mais ça tombe, y a plein de filles qui ont eu le même coup et la police connait le mec. En ne faisant rien, c’est pas un peu « laisser gagner » le mec? » Ouais. Peut-être.

Morale:

– Ça n’arrive pas qu’aux autres. Bah, regarde, ça arrive à moi, déjà.

– Peu importe ta tenue, peu importe le quartier (cf. les remarques du type « elle avait qu’à pas porter une mini-jupe à côté de la gare du nord, elle l’a quand même cherché, normal qu’elle se soit fait violer, la gonzesse« ), ça ne donne le droit à personne de te toucher si tu ne le veux pas.

Liens intéressants :

– Articles:  Diglee et Aurore (blogs), harcèlement de rue et féminisme bourgeois.

– Vidéos: « Femme de rue » et « Harcèlement de rue« .

Bref, aujourd’hui, je crois que j’ai été victime d’un attentat à la pudeur.

8 réflexions sur “[Wablief?!] Bref, aujourd’hui, c’est la journée du steak

  1. eliseginger dit :

    Je pense que même si tu ne te souviens pas de son visage, ça vaut la peine d’aller au commissariat local, il est peut-être connu et ils pourront te montrer des photos pour tenter de l’identifier.

    Il y a un peu moins de 3 ans j’étais en boîte avec MA, Pete et Ana (si je me souviens bien), j’avais une robe qui arrive au genoux, on danse et on s’amuse et je sens qu’un mec se colle fort à moi, je m’avance, il recommence, je passe mon bras dans mon dos pour le repousser et là je sens de la peau, je me retourne, son pénis était sorti… Comme toi, j’étais trop scotchée que pour réagir mais j’aurais dû. Et encore aujourd’hui, je regrette de n’avoir rien fait.

      • eliseginger dit :

        Si les femmes commençaient à donner des gifles gratuitement aussi souvent que les agressions sexuelles arrivent, je suis sure qu’il y aurait plus de conséquences alors je trouve que tu as raison de vouloir le dénoncer sinon ça devient banalisé…

    • It takes two to polka dit :

      Merci pour le lien, je regarderai!

      Oui, je pense que c’est tellement « banalisé » le fait de se faire mettre a main au cul, qu’on ne considère même plus ça comme une agression et/ou un acte répréhensible. Donc y a des mecs, ils se disent que c’est une excellente idée, c’est rigolo de mettre la main au cul des inconnues, tiens. \o/

  2. The Flonicles dit :

    Effectivement ça m’a déjà arrivé en étant pas habillée de manière féminine (classique jean-t-shirt), j’avais 13 ans à l’époque, il m’a mis la main au cul en plein milieu d’un magasin. Et dans ce genre de cas on est généralement tellement sonnées par la connerie des gens (des mecs) qu’on ne réagit pas assez vite pour dire sa façon de penser ou regarder le gars bien en face.
    Enfin je te souhaite quand même que tu ne le recroises pas dans la rue, c’est flippant!

  3. ceresss dit :

    Le pire qui m’est arrivée sur Bruxelles je crois c’était dans le métro, j’étais en jupe et j’avais une tresse dans les cheveux car plein été, j’étais assise dos à la conduite et le mec assis en face de moi commence a agripper mes jambes avec les siennes pour me rapprocher de lui, j’ai laisser faire 2-3 fois avant d’enlever mes écouteurs et de l’engueuler devant tout le monde. Le mec dit “mais je met bien mes jambes” je lui ai dis “oui c’est ça la prochaine fois je t’en fout une”. Il m’a suivie quand je suis descendue est s’est excusé, c’est déjà ça.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s