Sherlock_1

Entre Sherlock et Holmes, mon coeur balance

Ladies and Gentlemen,

Welcome on board of this E5634 flight. S’il y a bien un personnage de la littérature qui m’impressionne, à part Harry Potter, c’est Sherlock Holmes. Je bénis le jour où Sir Arthur Conan Doyle a donné naissance au duo Holmes/Watson. L’œuvre de Arthur Conan Doyle étant un classique, celle-ci a été adaptée plus ou moins librement récemment à la TV et au cinéma.

La preuve par trois.

Les trois adaptations qui ont attiré mon attention sont: Sherlock (série TV, BBC), les deux films de Sherlock Holmes avec Robert Downey Junior dans le rôle principal et, plus récemment, Elementary (série TV, CBS).

Sherlock

On peut garder le meilleur pour la fin, mais c’est quand même mieux de le mettre au début. Je remercie la BBC pour les six épisodes déjà délivrés. Mais six, c’est bien trop peu pour moi. Pourquoi faire deux saisons de trois épisodes, quand bien même durent-ils nonante minutes? Pour me torturer. Je suis sure.

Sherlock est une série bien ficelée et relativement fidèle à l’œuvre originale. Benedict Cumberbatch (Sherlock Holmes) charme avec son accent so british et joue très bien le génie asocial charismatique. Martin Freeman (John Watson,  a.k.a. Bilbo le Hobbit, pour les fans de Tolkien) est très bon également en bras droit un peu plus terre-à-terre.

IMDB accorde une note de 9.2/10, bien méritée. Je plussoie. Je conseille vivement. Je suis fan. Voilà.

Sherlock Holmes + Sherlock Holmes a game of shadows

Mouais. Les puristes n’apprécieront pas. Mais ne nions pas l’indéniable: c’est divertissant. Je ne paierai pas 9.50 € pour aller voir un de ces films au cinéma, je ne sais pas si je louerais le DVD, mais s’il passe à la télé, je le regarderai bien en pyjama dans mon canapé en sirotant un petit chocolat chaud Cadbury.

C’est beaucoup plus « blockbuster » et film d’action que l’original. Bon, ça se regarde. C’est (très) librement inspiré, en résumé.

Elementary

Le pitch « New Holmes, New Watson, New York« . Holmes (Johnny Lee Miller) est toujours britannique (du moins, à juger par son accent), John Watson se transforme en Joan Watson (Lucy Liu) et l’histoire se passe à New York. Je vous en dirais bien plus mais je pense m’être à moitié endormie pendant le visionnage de l’épisode pilote. Je crois que ça en dit long sur mon intérêt pour cette adaptation. En plus, quand on compare à la série de la BBC, y a pas photo. Assez décevant, ma foi.

Pour les littéraires d’entre vous, j’ai remarqué au Press Shop qu’un nouvel ouvrage sur les aventures de Sherlock Holmes était sorti. Celui-ci s’intitule « The House of Silk« . A première vue, j’aurais cru que c’était la suite de « Fifty shades of Grey », ou un truc du même style [ben quoi, le titre induit en erreur]. Si certain(e)s d’entre vous l’ont lu, je suis curieuse de voir ce que ça donne. :)

Une réflexion sur “Entre Sherlock et Holmes, mon coeur balance

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s