Soleil + train = gros lourds

 

Ah, l’été… Le soleil, les bières en terrasse, 30° à l’ombre. Ah non. On est en Belgique. Vu le climat tropical particulier de notre plat pays, le belge moyen peut s’attendre à trois jours et demi d’été par an, répartis aléatoirement entre avril et octobre. De préférence entre deux jours où il fait moche, histoire que tu ne puisses pas prévoir.

Par conséquent, quand il fait bon, tu en profites. Et tu t’adaptes. Petit exemple tiré de la vie réelle: il fait chaud + tu prends le train. Partant du principe que le train a une chance sur deux mille d’être climatisé, tu prévois une tenue adéquate: short + tongs + top à fines bretelles.

 

Les astres n’étant pas cléments [karma is a bitch], le destin met sur mon chemin des Boulets. Ou des Gros Lourds.

A quoi reconnaît-on un Gros Lourd? Le gros lourd est un homme de sexe masculin [bon à préciser, la médecine faisant des progrès incroyables ces dernières années]. Son âge est variable. Son hygiène est parfois douteuse. Par exemple: haleine de phoque, odeur corporelle de poney mort macéré dans de l’ail. Le gros lourd se distingue par son style de drague souvent « subtil » et son incapacité totale à comprendre le mot « non » [ou toute autre forme de vent et râteau].

Exemple 

[M = moi, cqfd, pas coiffée, pas maquillée, tête dans le pompom & ayant particulièrement chaud. GL = gros lourd, homme d’une 40ne d’années, n’ayant manifestement pas pris de douche depuis au moins deux siècles et n’ayant pas encore découvert l’usage de la brosse à dents]

GL: Bonsoir

M: Euh. Bonsoir. [c’est pas comme si il était 17h20 et qu’il faisait plein soleil]

GL: Je m’appelle Martin.

M: Enchantée. [dit sur le ton de « ma grand-mère s’est fait manger par son chihuahua, hors de mon chemin sale gueux« ]

GL:  Tu as un joli sac.

M: Merci.

GL: Tu es étudiante?

M: Non.

GL: Tu vas à Paris?

M: Non. [C’est quoi cette question? Quelle est la probabilité que j’aille à Paris en prenant le train Mons-Bruxelles?]

GL: Ca te dirait qu’on se voie une fois à Bruxelles?

M: Non.

GL: Tu es occupée pendant la semaine?

M: C’est ça.

Ce qui ne va pas dans cette histoire:

1° Si tu es assis sur une banquette pour trois personnes, n’essaie pas de prendre l’équivalent de deux places et demi pour tenter un « rapprochement physique ». Ça ne marche pas. Et si tu as une hygiène douteuse, c’est dégueu. Le rapprochement physique, c’est mutuel ou ça n’est pas.

2° Si une personne évite le contact visuel et répond à tes questions sur un ton monocorde par « Oui » et « Non », arrête. Tu te fais du mal.

3° Ce n’est pas parce qu’une fille porte un short, qu’elle est open. Si elle porte un short, c’est parce qu’il fait huit mille degrés [ndlr: 35°] dans le train et que les femmes connaissent un concept assez novateur: la garde-robe d’été, la garde robe-d’hiver. Non, on ne se promène pas en combinaison de ski en août. Sauf si on habite au Pôle Nord.

4° Quand tu parles à une fille en matant son décolleté, il y a peu de chances pour qu’elle ne s’en rende pas compte [yeah buddy, tu n’es pas discret].

5° Si tu as 40 ans et que tu n’es pas George Clooney ou Brad Pitt, dans 98% des cas les filles de 20 ans ne s’intéresseront pas à toi. Vieux pervers.

Le mot de la fin: Beurk.

 

 

 

 

Publié dans: Life

Une réflexion sur “Soleil + train = gros lourds

  1. Squatina dit :

    "Non, on ne se promène pas en combinaison de ski en août. Sauf si on habite au Pôle Nord."Ou si on habite dans l'hémisphère sud… O:-)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s